www.jeu-compulsif.info & www.toxico.info

REVUE DE PRESSE

Casinos régionaux, paris mutuels en ligne & casino au centre-ville…
Le gouvernement du Québec et le ministre Séguin augmentent l’offre pour les « jeux » de hasard et d’argent !

ALAIN DUBOIS,  Jeu compulsif NEWS

 

Le ministre Séguin semble miser gros sur le développement de l'industrie Québécoise du gambling. De nombreux et importants changements sont à prévoir au sein de cette industrie dans les prochains mois. Entre autres, la fin de la gestion des hippodromes par la société nationale du cheval de course (SONACC), l'arrivée de partenariats "public privé" (PPP), la création de casinos régionaux....

Pari mutuel en ligne

Récemment, la société nationale du cheval de course (SONACC), inaugurait en catimini et avec la bénédiction du ministre Séguin, un service de pari mutuel en ligne (www.paritel.ca/fr/f_index.htm)… Les citoyens du Québec peuvent donc dès maintenant, grâce à leur ligne téléphonique ou par le biais de leur ordinateur, parier sur toutes les courses de chevaux qui se déroulent dans les hippodromes du Québec. Ceux qui possèdent un accès Internet haute vitesse peuvent même visualiser en direct ces courses. Ici encore le gouvernement du Québec témoigne d’une volonté manifeste d’élargir l’offre et l’accès aux « jeux » de hasard et d’argent à un plus grand nombre de ses citoyens et ce même si la légalité de ces paris a été remise en question par la Commission des courses de l'Ontario qui a demandé à la Cour fédérale de se prononcer sur la légalité des paris par téléphone et sur le réseau Internet.  C’est la première fois depuis la légalisation des appareils de loteries vidéo et des casinos que le gouvernement développe ainsi un nouveau créneau dans son industrie d’État du gambling. Il faut cependant prévoir que ce "service" de pari mutuel en ligne sera éventuellement transféré à l'entreprise privée qui gérera les hippodromes et les casinos régionaux ("centres de jeux").

On comprend mieux le nouvel intérêt que porte le gouvernement du Québec et son ministre des finances pour les courses de chevaux… Puisque, de toute évidence, c’est par le biais du pari mutuel que le gouvernement veut tester le marché des « jeux de hasard et d’argent » (gambling) en ligne et éventuellement y prendre place…

 Création de casinos régionaux

Le ministre Séguin a annoncé qu’il envisageait de créer plusieurs centres régionaux de « jeux » dans lesquels on retrouverait des appareils de loteries vidéo (ALV), des hippodromes et peut être, éventuellement, d’autres « jeux » de hasard et d’argent. Contrairement aux prétentions du ministre, la création de ces établissements consacrés au gambling** qui sont en fait des casinos régionaux * va augmenter l’offre et la demande pour ces « jeux » et ce, même si les ALV qui vont s’y retrouver proviennent de bars et brasseries où ils ont été retirés.

 Les raisons en sont simples, entre autres : 

  1. Les ALV ont été retirés de bars où ceux-ci rapportaient peu.
  2. Les gamblers préfèrent les centres de « jeu » où il y a un nombre important de machines (ALV) à ceux où elles se retrouvent en petit nombre.
  3. En créant de nouveaux casinos régionaux, Loto-Québec ira chercher une nouvelle clientèle composée de citoyens qui ne fréquentent pas les bars, mais qui est attirée par le « glamour » d’établissement de type casino.
  4. Ces casinos régionaux avec hippodrome attenant rendront plus accessibles géographiquement les « jeux » de hasard et d’argent à un plus grand nombre de nos citoyens surtout ceux qui habitent dans les villes limitrophes.

Casino au centre-Ville de Montréal

Depuis plusieurs mois les médias font mention du projet d’aménager dans l’actuel Techno Parc (Bassin Peel) un centre de foire qui inclurait la construction d’un nouveau casino.

Le casino projeté remplacerait l’actuel casino de l’île Notre-Dame et s’intégrerait dans un vaste plan de «revitalisation» de ce secteur de Montréal proposé par la Société du Havre de Montréal (SHM).

La SHM évoque l'hypothèse de transformer l'autoroute Bonaventure en un boulevard et de dévier celui-ci vers le nord du Techno Parc. Elle propose aussi de rendre accessible le fleuve au citoyen de Pointe-St-Charles. Le recouvrement d’une partie de l'autoroute Ville-Marie (est) ainsi que la mise en service d'un tramway afin d’assurer la liaison entre le Vieux-Port et le parc Jean-Drapeau est aussi parfois évoqué. Tout comme le font les industries polluantes, Loto-Québec, le gouvernement et la mairesse d’arrondissement Jacqueline Montpetit, évoquent, pour faire avaler la pilule aux citoyens de ce quartier pauvre de Montréal, que l’industrie d’État du gambling créera par ce projet plusieurs centaines d’emplois…

Le déménagement du casino au Centre–Ville aura comme conséquence de le rendre encore plus accessible aux Montréalais et aux banlieusards, et ce, afin d’en accroître davantage les profits. Montréal n'est pas Las Vegas ou Atlantic City. Les touristes ne se rendront jamais à Montréal pour son unique casino… Ce type de casino s'adressera toujours principalement à la population locale.

Rapprocher le casino du centre-ville augmenterait inévitablement la fréquentation de celui-ci par la population locale... et le nombre de joueurs pathologiques à Montréal. Le chercheur français Jean-Pierre Martignoni démontre, dans une enquête, qu'il existe un lien direct entre proximité géographique et fréquentation du casino : « Un fait d'évidence qui se vérifie au nouveau casino lyonnais. « 80 % des joueurs de notre établissement ne jouaient pas auparavant. Ils se sont découvert un nouveau passe-temps », reconnaît Guy Benamou, le P.D.G. (...) du (casino) Pharaon." » (1).

La politique gouvernemental en matière de gambling : Dans un même temps, dire une chose et faire son contraire

Comme le démontrent de nombreuses études, la grande accessibilité des jeux de hasard et d'argent est la principale cause du développement du jeu pathologique au Québec. Les projets de rapprocher le casino de Montréal du centre-ville, celui de créer des casinos régionaux (centre de « jeux ») et le lancement des paris mutuels en ligne ont tous pour effets de rendre le gambling encore plus accessible aux citoyens du Québec qui inévitablement seront encore plus nombreux à souffrir de cette dépendance. Des milliers de familles ont déjà été détruites par ces « jeux ». Une majorité de joueurs compulsifs songent au suicide (jusqu'à 70%) (2) et chaque année, des dizaines d'entres eux passent à l'acte et se donnent la mort.

Jusqu’où va aller cette soif d’argent facile de la part de nos gouvernements ? On ne peut constamment augmenter la part de l’argent récoltée chez nos concitoyens par cette taxe de misère (ou à la misère) que sont les « jeux » de hasard et d’argent sans créer de graves problèmes sociaux… Il faut que cela s’arrête et que nos gouvernements réalisent l’importance de gérer d’une façon plus responsable et éthique cette industrie. Il y a suffisamment de mal qui a été fait comme ça… c’est assez !

Le ministre Séguin doit faire preuve d’honnêteté et cesser de dire qu’il veut limiter l’offre pour le gambling et du même souffle faire des gestes qui démontrent le contraire. Ce genre d’attitude ne fait que contribuer à entretenir la méfiance de la population envers les politiciens. Si le ministre est sincère, ses paroles et ses gestes se doivent d’aller dans la même direction… Voici des exemples de ce que le ministre Séguin et son gouvernement pourraient faire afin de limiter ainsi que diminuer l’offre pour ces « jeux » et démontrer la sincérité de ses intentions :

-N’ajouter aucun nouveau casino et conserver le statu quo au niveau de la localisation actuelle des casinos

-Enlever tous les ALV des bars et autres débits d’alcool et les confiner uniquement aux casinos.

-Obliger la SONACC à retirer son service (illégal) de pari mutuel en ligne. Ne pas développer des casinos sur le réseau Internet

-Soumettre le gambling («jeux» de hasard et d’argent) aux mêmes lois, règlements et restrictions que les produits du tabac en termes de publicité, de promotion et de commandites.

 

Alain Dubois, éditeur des sites www.jeu-compulsif.info & www.toxico.info et membre de la coalition Emjeu www.emjeu.com


(1) Les nouveaux drogués du jeu, Le Point, Jean-Michel Décugis, 28/06/02 - N°1554 - Page 68 - www.lepoint.fr/dossiers_societe/document.html?did=103423

(2) Ce taux varie selon la méthodologie et les critères diagnostics utilisés. Le taux de joueurs pathologiques varie donc de 2.1% (Robert Ladouceur; financé par L-Q) à 5% (étude Léger Marketing). Pour les loteries vidéo, S.Chevalier évoque un taux de 9% de joueurs compulsifs et de 40% de joueurs éprouvant un problème significatif. (jeu pathologique et joueurs problématiques : Le jeu à Montréal par S Chevalier, D Allard, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Mtl-Centre, 2001 (www.jeu-compulsif.info/documents/jeu-pathologique-mtlcentre.pdf)

*Établissement public où les jeux à l’argent sont autorisés et qui comprend des salles de jeu, un restaurant et souvent une salle de spectacle.

**J’utilise volontairement l’expression anglophone « gambling » car elle me semble plus précise.  Ce qu’on nomme « jeux » de hasard et d’argent n’entre pas, selon moi, dans la définition habituelle de ce qu’est un jeu …

 

Retour à la page d'accueil